Brève description des vitraux du

Temple Réformé monumental

de Graft-De Rijp

 

Si vous regardez  les vitraux, vous trouverez successivement au mur sud de la partie antérieure du temple:

 

1. Rébecca près de la source. Ce vitrail a été exécuté en grisaille, l'application la plus ancienne de la peinture verrière (sans couleurs).

C'est D.Kos qui l'a peint. Des femmes de De Rijp l'ont donné en 1656.

 

2. Jésus appelle Mathias le Publicain, à l'apostolat. Le vitrail a été donné par des paysans de De Rijp.

 

3. Tonnellerie, encadrée de caques à harengs et d'outils de tonnelier. En bas on distingue 36 marques d'un artisan, chacune pourvue d'un nom. En 1655, ce vitrail a été donné par des tonneliers qui s'étaient établis à De Rijp et qui s'étaient réunis dans une sorte de corporation ou syn­dicat: "La guilde des tonneliers volontaires". Plusieurs d'entre aux étaient originaires d'Enkhui­zen. Voilà pourquoi on trouve la patronne d'Enkhuizen tout en haut de ce vitrail.

 

4. Les armateurs de De Rijp ont donné ce vitrail qui a pour sujet la harengai­son. C'était alors le principal moyen d'existence de De Rijp qui comptait à ce temps-là une flottille de 70 à 80 harengui­ers. La scène représente la flottille accompagnée d'un navire de guerre, pêchant devant la côte d'Angleterre. Dans ce vitrail aussi il y a la patronne d'Enkhuizen et 38 marques d'un artisan.

 

Dans le transept sud

 

5. Le vitrail d'Amsterdam. Ce vitrail se trouve dans la nef latérale du sud. On y voit les armoiries d'Amster­dam. En haut du vieux blason il y a un grand navire à voiles, une nef. Puis il y a des images d'objets qui se rapportent à la grande importance d'Amsterdam comme centre du commerce mondi­al.

 

6. Mars. C'est une allégorie de la Paix de Westphalie (1648): le Dieu de la Guerre, Mars, enchaîné par des femmes. C'est un don des délégués des Etats de Waterland et du Quartier du Nord. C'est pour­quoi on y voit les blasons des sept villes situées au nord de l'Y ainsi que les armoiries de la Frise occidentale.

 

7. La Vertu. Dans la partie arrière du temple, côté sud, il y a le vitrail numéro 7: la Vertu "qui sépare la vertu et le vice." Un vitrail qui emprunte surtout son importance aux belles nuances des couleurs. C'est un don de cinq habitants de De Rijp en 1655.

 

8. Un don des inspecteurs des digues du polder du 'Beemster' en 1655. Ce polder a été asséché en 1612.

 

Dans le choeur

 

Les vitraux 9 jusqu'à 15.

Ce sont respectivement des dons de Purmerend, de Monnickendam, d'Enkhui­zen, d'Alkmaar, de Hoorn, d'Edam et de Medemblik. Sauf le vitrail de Purmerend, ils représen­tent tous de belles vues de la ville.

 

Dans le vitrail d'Alkmaar on rencontre le nom du peintre verrier C.Sparre­boom. Ce vitrail a été donné en 1657 par la municipalité d'Alkmaar qui le payait 150 florins.

 

En 1637 la municipalité de Hoorn a décidé, par décret du 19 août, de donner à la municipalité de De Rijp un vitrail pour sa nouvelle église et de le faire peindre par un des habitants de De Rijp. Cela a eu lieu en 1638 ce qui prouve qu'avant l'incendie de 1654 l'église possédait déjà des vitraux multicolo­res.

Le vitrail actuel de Hoorn dans le temple de De rijp, rebâti en 1654-1655, contient entre autres une vue imaginée de la ville où l'on voit sur le premier plan, à droite et à gauche, respectivement les lieux de réunion des Délé­gués de la Frise occidentale et leur logis.

 

16. Le vitrail numéro 16 se trouve dans la partie arrière du temple, côté nord. C'est un don des "Ecluses qui se déversent dans la Suydersee". Le vitrail représente les blasons des régents de l'administra­ti­on des eaux et des polders. Il fut donné en 1655 par l'inspecteur des digues "pour rempla­cer le vitrail précédent, détruit par l'incendie". Le prix en était de 150 florins.

 

17. Ce vitrail est un don de l'agent immobilier Wijnant Tijmensz Tol, membre de la guilde des courtiers d'Amsterdam. Ce vitrail aussi excelle par son coloris. Il représente un marchand d'Amsterdam et un marchand de l'Orient qui sont en train de négocier. A l'arrière-plan on voit de magnifiques navires de commerce.

 

18. Dans la nef du nord, derrière les grandes orgues, on trouve le vitrail numéro 18. En belles couleurs on y voit comment, pendant les croisades, en 1219, les bateaux des croisés ont rompu la chaîne qui fermait l'embou­chure du Nil près de Damiate. Les deux réalisateurs de ce vitrail, le peintre verrier Pieter Holstein et le vitrier Boudewijn Frans, reçurent ensemble la somme de 183 florins, payée par la municipalité de Haarlem.

 

19. "Le lion dans le jardin hollandais", entouré par des attributs de guerre. Légende: "Hollandia 1657".

 

La partie antérieure du temple, côté nord

 

20. Ici on trouve "La construction du deuxième temple", une allégorie de la recon­struction du temple de De Rijp. Don des marguilliers anciens et nouveaux de l'église.

Qu'il s'agit de la construction du deuxième temple (de Jérusalem) dans cette représentation se montre par la présence d'un tailleur de pierre en train de travailler. C'est que pendant la constructi­on du premier temple (sous le règne de Salomon) "on n'entendit ni marteau ni hache ni autre ustensile de fer".

 

21. Moïse et les filles de Jétro. C'est surtout ce vitrail-ci qui excelle par ses belles couleurs. C'est un don des bourgeois de De Rijp.

 

22. C'est un don de Jochem Cornelisz de De Rijp en 1656. A gauche et à droite on voit de petites vitres non peintes. Au milieu une petite poésie en caractères manuscrites et une autre en écriture gothique.

 

23. Vitrail d'un donateur inconnu, également de 1656, avec entre autres un blason divisé en deux, à gauche une comète en or sur bleu azur et à droite trois herses en sable". A côté, un blason qui, à cause de la forme losangi­que, doit être d'une demoiselle noble. Le nom de cette demoiselle est inconnu.

 

Conseil d'administration

de l'Eglise Réformée de Graft-De Rijp

 

 

     Mail to: Stichting Behoud Rijper Glazen

 onderdelen kopiëren van deze website voor commerciële doeleinden is niet toegestaan